Atelier / Workshop M2 ICUP et M1 UCI

De l’effondrement à la résilience. Diagnostic de vulnérabilités et de ressources de la métropole-montagne

Penser la résilience de la métropole grenobloise demande à s’intéresser au périmètre de l’étude. Ce dernier peut difficilement se restreindre aux limites institutionnelles. Nous faisons dans le cadre de cet atelier l’hypothèse que la résilience de la métropole ne peut se penser sans les territoires qui l’entourent , en l’occurrence les trois massifs. C’est pourquoi nous parlons de métropole-montagne.

Cette métropole-montagne présente des contextes d’intervention différenciées qui répondent, dans une perspective d’effondrement, à des problématiques distinctes :

  • Paysage alimentaire : Comment s’articule la métropole-montagne avec sa géographie, ses ressources, son sol, son eau et ses paysages ? Comment se caractérisent les différentes écologies de la métropole-montagne ? Dans le contexte du changement climatique et de crises socio-environnementales, quelles dépendances entre ville et montagne ? Quels scénarios prospectifs imaginer au regard de l’effondrement de la biodiversité et par la faiblesse d’autonomie alimentaire pour renforcer la résilience de la métropole-montagne ? Comment passer de la question de la gestion du risque dans les paysages à celle de la pensée de paysages résilients ? Comment les notions de bien commun et de solidarité trouvent leur place dans la résilience de la métropole-montagne et se révèle dans le paysage ?
  • Économie du numérique : Quels seraient les impacts potentiels d’une défaillance, même temporaire, des réseaux électriques et plus généralement des communications numériques sur le fonctionnement de la métropole-montagne ? Que se passerait-il s’il n’y avait plus d’Internet et de téléphone portable pendant 24h ? Une semaine ? Plus longtemps ? Quels impacts sur le modèle socio-économique technopolitain ? Ces impacts sont-ils également répartis sur le territoire de la métropole-montagne ? Quelles stratégies de résilience au regard de notre dépendance au numérique et à l'approvisionnement électrique ? Quelles disparités entre les vulnérabilités numériques de ces territoires ? En d’autres termes, comment faire de la ville intelligente une ville résiliente ? Quels modèles économiques, sociaux et politiques alternatifs de Low Tech sont envisageables ?
  • Hospitalité habitante : Comment accueillir, prendre soin des plus vulnérables, et permettre aux nouveaux et nouvelles habitant-e-s de bien vivre et de s’intégrer dans la métropole-montagne ? Quelles stratégies passées et à venir au regard de la crise de l’accueil d’exilé-e-s et de la précarité des modes d’habiter ? Comment comprendre la “montagne-refuge” au regard des formes et dispositifs citoyens et institutionnels de l’hospitalité ? Comment ces pratiques de solidarité permettent de réinterroger plus globalement les modèles d’hébergement des personnes relevant du domaine de l’asile ? Comment répondre à ces questions dans un contexte des crises du logement et de l’hébergement qui renforcent des géographies contrastées entre la métropole et les territoires de montagne ?